normes de marché

Normes d'encadrement normes de marché

L’ISR est payant !

Dans le Journal de Montréal, l’investisseur masqué (tel est son nom) met en lumière la croissance de l’ISR et le fait qu’il rapporte ! Vous pourrez lire cette entrevue simulée au lien suivant : « L’investissement responsable payant » (Le journal de Montréal, 2 mars 2019).

Extrait :

Les fonds responsables représenteraient environ 5 % des actifs totaux des fonds communs au Canada. À la fin 2018, les FNB responsables affichaient des actifs de 410 M$ au Canada. C’est peu.

Les gens ont-ils peur d’obtenir des rendements moins intéressants qu’avec des fonds conventionnels ? Pourtant, les fonds responsables affichent, selon plusieurs études, un rendement supérieur à celui des principaux indices boursiers.

Le problème, c’est que si vous voulez investir dans des fonds responsables, qui sont censés tenir compte des préoccupations climatiques, vous risquez d’investir dans des sociétés pétrolières ! Parce que la bourse canadienne est avant tout une bourse de ressources naturelles : le pétrole et le gaz y prennent beaucoup de place. Or, l’approche des principaux fonds responsables en est une des petits pas : s’il est impossible d’exclure les secteurs polluants, les responsables de ces fonds exercent leur influence derrière les portes closes des directions ou lors des assemblées d’actionnaires.

Les fonds responsables appliquent souvent des filtres développés par des sociétés spécialisées, comme Jantzi. Mais même cette firme ne boude pas le secteur énergétique dans son célèbre Jantzi Social Index. Jusqu’à présent, aucun critère spécifique ne définit ce qu’est un placement favorable au climat au sein de l’industrie des fonds de placement.

À la prochaine…

normes de marché Responsabilité sociale des entreprises Valeur actionnariale vs. sociétale

Performance sociétale = performance financière ?

En voilà une belle question : la RSE paie-t-elle ? C’est à cette question que je vous renvoie ce midi autour de l’article suivant : « Et si la performance sociétale améliorait la performance financière ? » (par Caroline Ménard, revue gestion, 4 février 2019).

Quel bilan pour l’auteure ?

La bonne nouvelle ? Les entreprises qui se sont engagées de façon précoce dans le développement durable se sont avérées plus profitables que leurs concurrentes. Un investissement de 1$ en 1993 générait en 2010 un revenu cumulé de 15,80$ comparativement à 9,30$ pour les autres. Par « engagement », nous entendons la mise en place et la publication d’indicateurs très concrets qui tiennent compte des intérêts des différentes parties prenantes : les clients, les fournisseurs, les employés. Un peu plus de la moitié d’entre elles (53%) ont même lié la rémunération de leurs dirigeants à des indicateurs d’impacts environnementaux ou de performance sociale. Une pratique d’autant plus audacieuse que nous parlons d’engagements qui remontent à 1993. C’était il y a 25 ans !

À la prochaine…

Normes d'encadrement normes de marché

L’ISR est l’affaire de tous !

Dans « Investissement responsable : un secret à découvrir » (Les affaires, 12 janvier 2019), M. Landry démontre que l’ISR est l’affaire de tous… des investisseurs institutionnels, mais aussi des ménages et des individus.

 

L’investissement responsable est en pleine phase d’expansion au Canada. Les données divulguées par l’Association pour l’investissement responsable sont très révélatrices : les actifs sous gestion en investissement responsable ont connu une croissance de 41,6 % au cours des dernières années, pour atteindre maintenant 2,13 billions de dollars. De fait, l’investissement responsable représente 50,6 % de l’industrie canadienne de l’investissement, une hausse par rapport à 37,8 % depuis 2016. Cela est loin d’être banal : nous en sommes au point où la moitié des investissements institutionnels considèrent les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Nous ne pouvons donc qu’être optimistes devant la place de plus en plus grande que prend l’investissement responsable. Le milieu financier canadien répond favorablement aux multiples défis qui sont devant nous, et tant notre planète que notre société, nos entreprises et les investisseurs y gagnent.

L’optimisme doit cependant être nuancé lorsqu’on jette un regard sur les choix d’investissement des individus et des ménages canadiens.

 

À la prochaine…

Ivan

Gouvernance mission et composition du conseil d'administration Normes d'encadrement normes de droit normes de marché

De la contrainte pour plus de femmes dans les CA !

Mon dernier billet de blogue sur Contact est paru et il s’attaque à un sujet hautement d’actualité : la féminisation des CA (« La place des femmes dans les CA: l’intenable position canadienne », blogue Contact, 24 septembre 2018). Parmi les sujets qui animent le plus la gouvernance d’entreprise figure la place des femmes dans les CA et les postes de haute direction. Sur le plan juridique, ce sujet fait d’ailleurs l’objet de position opposée des États… loin du consensus supposé. Les États se répartissent comme suit :

  • Certains imposent des quotas et des sanctions en cas de non-respect : Norvège, France, Allemagne, Pays-Bas…
  • D’autres incluent la diversité dans des codes de gouvernance ou demandent aux entreprises de se soumettre au principe du comply or explain (« se conformer ou s’expliquer ») : dont le Canada, mais aussi la Suisse, la Finlande, le Danemark, l’Afrique du Sud, la Nouvelle-Zélande…
  • D’autres enfin choisissent de ne rien faire et de laisser le marché fonctionner : États-Unis, Chine, Russie, Japon, Grèce…

Il semble que le Canada manque d’ambition, même si la récente loi fédérale ouvre les CA à la diversité plus qu’à la seule féminisation. Le Canada regarde souvent du côté des États-Unis. Or, que voit-on ?

Aux États-Unis, jusque récemment, aucune disposition (contraignante ou non) n’incitait à la féminisation des CA. Sur le plan réglementaire, l’essentiel du droit américain tenait dans une position prise par la Securities and Exchange Commission (ci-après « SEC ») en février 2010. Mais, les parlementaires californiens ont adopté le 5 septembre 2018 une loi visant à contraindre les CA à intégrer des femmes en leur sein (SB-826 Corporations: boards of directors, Enrolled and presented to the Governor, Californie, 10 septembre 2018.). La loi SB-826 Corporations: boards of directors ajoute deux articles à la loi californienne sur les sociétés par actions : les articles 301.3 et 2115.5. En vertu de l’article 301.3, la loi impose aux sociétés cotées sur un marché américain dont le siège social est en Californie d’avoir un minimum d’une femme dans leurs CA d’ici le 31 décembre 2019. À compter du 31 décembre 2021, ce chiffre devra être au moins de deux pour les sociétés dont le CA comprend cinq membres et, au moins, de trois pour les sociétés dont le CA comprend six membres et plus. De plus, la loi prévoit qu’au plus tard le 1er juillet 2019, le secrétaire d’État de la Californie publiera un rapport sur son site Internet dressant un bilan des entreprises soumises à la loi et de celles qui disposent d’au moins une femme au sein de leur conseil. Au plus tard le 1er mars 2020, le secrétaire d’État de la Californie publiera un rapport annuel sur son site Internet indiquant minimalement le nombre de sociétés soumises à la loi et qui s’y sont conformées durant l’année; le nombre de sociétés qui ont déplacé leur siège social vers un autre État; le nombre de sociétés dont les titres étaient échangés sur un marché américain, mais qui ne le sont plus. Enfin, même si elles sont réduites par rapport à ce qui était initialement annoncé, la loi prévoit des sanctions financières en cas de non-respect.

 

Être audacieux
En 2014, le Canada a choisi d’entreprendre une démarche souple pour baliser la représentation des femmes dans les CA et dans les postes de haute direction. Malheureusement, le bilan chiffré de cette démarche dénote de trop faibles progrès. Ce qui n’est pas vraiment surprenant: attendre que le marché et les investisseurs disciplinent les entreprises est long et incertain.

Cette attente doit faire place au courage d’agir en resserrant la législation! Rappelons-nous que la loi a su être utile dans le domaine de la gouvernance d’entreprise lorsqu’il a fallu réagir aux soubresauts du marché boursier10. Plus encore, une étude récente comparant le Canada et la France conclut qu’une loi contraignante a des résultats plus rapides qu’une loi souple en matière de féminisation des conseils d’administration, sans différence majeure quant au capital humain des administratrices recrutées11.

Selon moi, la diversité, et tout ce qu’elle apporte de positif à une entreprise et à sa gouvernance12, mérite sans doute mieux que le timide comply or explain. Et puis, quel risque y a-t-il à être ambitieux et à faire changer les mentalités dans ce domaine, sachant que les pays qui ont entrepris des démarches en ce sens en récoltent déjà les bénéfices?

 

À la prochaine…